niger
nigeria flag  
 
 
Dernière mise à jour: 22 May 2014
News
Email story Print story Niger
Le président Mahamadou Issoufou en guerre contre les mauvaises pratiques

La lutte contre «la corruption, les passe-droits, les trafics d’influence, les détournements des deniers publics», aura des beaux jours devant elle. Le nouveau Président de la République du Niger Mahamadou Issoufou a fait cette annonce aux nigériens, ce jour 7 avril 2011, en marge de la cérémonie de son investiture à la Présidence de la République du Niger.
On se rappelle, la lutte contre la mauvaise gouvernance, dans toutes ses formes, a largement été au centre des combats politiques menés par ce dernier, notamment sous la 5ème République. A chacune de ses sorties politiques et à bien d’autres occasions, en tant que Chef de file de l’opposition, il a passé le clair de son temps à dénoncer des pratiques corruptives, «notamment les fausses factures et surfacturations». Aussi, lors des dernières campagnes électorales, Mahamadou n’a pas fait mystère de son engagement à s’attaquer à des pratiques pareilles, lorsqu’il sera élu Président de la République.Son prédécesseur  le Général de Corps d’Armée Djibo Salou, en a fait également de ce chantier de lutte contre la mal gouvernance son cheval de bataille, en annonçant dans son premier message à la Nation au lendemain du renversement du régime de Tandja Mamadou, que le Conseil Suprême pour la Restauration de la Démocratie dont il est le président, s’est donné comme priorité l’assainissement des finances publiques. A cet effet, une commission de moralisation, dont la mission est d’assainir et de moraliser la gestion des biens de l’Etat et de ses démembrements, a été créée en mai 2010. Celle-ci a travaillé dur de concert avec l’Inspection Générale d’Etat chargée de mener les enquêtes préliminaires.
Diverses irrégularités ont été relevées dans la gestion de plusieurs entreprises d’Etat et sociétés d’économie mixte à la suite de l’audit menée par les deux entités administratives. En termes de recouvrement de fonds publics frauduleusement soustraits, la commission a mobilisé quelques 6 milliards de francs de FCFA à la date de 28 février dernier et plusieurs autres milliards restent à être recouvrés. Beaucoup d’autres dossiers qui attendent d’être traités ont été transmis aux tribunaux de droit commun. 
Notons que plusieurs personnalités proches de l’ancien régime, sur lesquelles pèsent d’énormes soupçons à la suite de ces enquêtes d’Etat croupissent actuellement en prison. C’est le cas du président de la CENI qui a organisé le référendum constitutionnel contesté en 2009, et de l’ancien Directeur de la nigérienne d’électricité, un proche du président déchu Tandja Mamadou.

Email story print story
Next Story    Mahamadou Issoufou officiellement investi président de la République du Niger 
Book Mark With: Delicious Digg StumbleUpon
latest news



   
 
 
A PROJECT OF PENPLUSBYTES & PARTNERS
 
(c)2019 www.africanelections.org | About us | Ghana | Guinea |Togo | Cote d'Ivoire | Malawi |Niger |Mauritania|Namibia||Botswana |Mozambique|Partners | Contact us